Pourquoi changer ? Changer pour quoi ?

de | 29 octobre 2016

changement

Une expérience vécue d’immunothérapie du changement, Etienne Angrand.


Changer semble être devenu aujourd’hui difficile à éviter, au vu de la complexité croissante du monde qui nous entoure et de son aptitude à évoluer en permanence et de plus en plus vite. Il faut donc s’adapter, naviguer et trouver sa place au centre de cette complexité et, si l’on occupe un rôle de manager ou d’animateur d’équipe, aider ses collaborateurs à changer eux-mêmes pour le mieux.

Convaincu que les individus au sein d’une organisation ne sont jamais aussi efficaces que lorsque ils sont heureux et qu’ils se sentent bien dans leur environnement de travail, j’ai proposé à l’équipe d’une quinzaine de personnes que j’anime au sein de mon entreprise (le Centre Hospitalier Universitaire Vaudois à Lausanne, en Suisse) de travailler sur un objectif principal en complément des objectifs opérationnels qui guident une partie de notre activité chaque année : être plus efficace tout en étant plus heureux. Afin de m’aider à atteindre cet objectif ambitieux, j’ai décidé de me former à la démarche issue des travaux de Robert Kegan et Lisa Lahey portant sur l’immunité au changement. La formation que j’ai suivie s’ouvre sur une citation de Brené Brown : la vulnérabilité est la source de l’innovation, de la créativité et du changement. A elle seule, cette citation résume bien le cœur de la démarche, en révélant qu’il faut savoir apprendre de ses erreurs, accepter ses faiblesses, ses émotions, ses propres valeurs et ses talents cachés.

L’immunité au changement est un mécanisme extrêmement puissant et intelligent que nous avons développé inconsciemment, souvent depuis de nombreuses années, et qui a pour but principal de nous protéger du danger représenté par un changement dans nos habitudes, nos modes de vie et de pensée, par une sortie de notre zone de confort, et ce afin de nous éviter de revivre des expériences vécues que nous avons assimilées comme négatives ou traumatisantes. La démarche proposée nous permet d’identifier ce mécanisme qui empêche notre évolution, et nous donne ainsi la possibilité d’aller vers un nouveau stade de développement, quel que soit notre âge et notre situation personnelle.

Pour ma part, j’ai décidé de travailler sur la façon dont je communiquais mes sentiments et mes émotions à mon entourage, bien conscient du fait que ma façon d’agir habituelle était souvent de nature à susciter chez les autres incompréhension et rejet. Sachant qu’il existait un risque fort que je me décourage en chemin, et convaincu qu’il fallait que j’aille au bout des choses, j’ai proposé à mon équipe de partager ma démarche personnelle, en précisant que chacun serait libre de me faire part s’il le souhaitait de ses sentiments et de ses appréciations, et en laissant à chacun pleine liberté de ne pas participer du tout ou de s’arrêter à tout moment. Dans les mois qui ont suivi, nous nous sommes réunis à quatre reprises, et à chaque fois j’ai fait part aux participants de mon avancée, en leur exposant l’intégralité de mon travail sur mon immunité et en les tenant au courant du déroulement des différentes étapes qui complètent la démarche. Les échanges ont été à chaque fois extrêmement riches et féconds, et la confiance entre nous s’en est trouvée renforcée à un point que je n’imaginais pas. Progressivement, le fait que je m’expose autant vis-à-vis d’eux les a amené à me considérer autrement, à exprimer des choses qu’ils n’auraient jamais osé exprimer auparavant, et ce alors même que je les y incitais fortement. J’ai moi-même compris que l’incitation n’était pas la bonne méthode à employer, et que les changements devaient venir d’eux-mêmes.

Je suis intimement convaincu que mon engagement, l’authenticité dont j’ai fait preuve durant plusieurs mois, ma persévérance dans la démarche, ont fortement contribué à lever des verrous qui affectaient le comportement du groupe et que je n’aurais pas réussi à surmonter autrement. La qualité de la confiance qui est née entre nous au cours de ces semaines, l’espace de liberté qui aura été généré, sont irremplaçables et ont amené les choses à changer de façon durable. Plus l’on s’engage avec son coeur, sa tête et ses tripes, plus l’on fait preuve d’authenticité, plus on exprime clairement ses intentions, et plus la démarche s’avère féconde et efficace. C’est en affirmant une cohérence de chaque instant entre ses pensées, ses paroles et ses actes – je dis ce que je pense, je fais ce que je dis – que ceux qui nous entourent prennent conscience de la force du changement qui s’opère et sont prêts à nous suivre.

Si je dois résumer ce que ma démarche m’a apporté de plus marquant et de plus significatif, alors c’est sans aucune hésitation que je cite la très grande liberté intérieure qui me guide aujourd’hui. Je me rends compte à quel point je pouvais auparavant être prisonnier, inconsciemment la plupart du temps, d’un certain nombre de croyances qui m’imposaient des règles de vie particulièrement contraignantes. Je me rends compte à quel point je n’étais pas moi-même, à quel point mes actes et mes paroles n’étaient pas en accord avec ce que je suis profondément, à quel point je n’osais pas agir, parler, et même penser de façon satisfaisante. L’une des conséquences est que cet écartèlement permanent entre ce que j’étais intrinsèquement et ce que je me forçais à être en apparence entraînait, entre autres, les problèmes de communication que j’ai relevé et traité au cours de ma démarche, et qui se ressentaient très fortement dans mes relations avec les autres. Aujourd’hui je me sens beaucoup plus en phase avec ce que je suis réellement, et cette cohérence m’apporte liberté et sérénité. L’une des principales leçons de l’immunité au changement, c’est que le changement doit venir de nous-même, qu’il faut cesser d’accuser les autres ou d’attendre qu’ils changent les premiers. C’est en changeant moi-même que j’amène les autres à changer.

Je vous invite à découvrir le détail de ma démarche en lisant le document que vous pouvez télécharger ici. Vous y découvrirez également les différentes étapes qui permettent de décrire dans un premier temps le mécanisme d’immunité tel qu’il se manifeste à travers nos propres comportements, puis de remonter à son origine et d’identifier les croyances qui sont en nous et qui nous guident inconsciemment dans nos agissements et nos pensées, avant de passer à la dernière phase qui nous permet de surmonter durablement notre immunité et d’élargir notre cadre de référence pour aller vers un nouveau stade de notre développement.

Je vous souhaite une bonne lecture, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques, commentaires, critiques et suggestions.


 

PartagerFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.